×
Simplyc'IT - Accueil
  • MENU ☰

WhatsApp : les utilisateurs s’inquiètent

11 janvier 2021

L’application de messagerie WhatsApp a demandé à ses quelques deux milliards d’utilisateurs d’accepter de nouvelles conditions d’utilisation, lui permettant de partager plus de données avec sa maison-mère Facebook. Les utilisateurs suisses, protégés par le Règlement général sur la protection des données (RGPD), auront la chance d’être soumis à un régime spécial.

Depuis quelques jours, les utilisateurs de WhatsApp voient régulièrement apparaitre un message déstabilisant à l’ouverture de l’application. En effet, un avertissement intitulé « Les conditions d’utilisation et la politique de confidentialité de WhatsApp vont être mises à jour. » s’affiche sur l’écran.

En bas de cet écran, écrit en tout petit, le service de messagerie donne un délai : « En appuyant sur « accepter », vous acceptez les nouvelles conditions et politique de confidentialité, qui entreront en vigueur le 8 février 2021. Après cette date, il vous faudra accepter ces mises à jour pour continuer à utiliser l’application. »

En résumé : si l’utilisateur ne donne pas son accord en cliquant sur le bouton « Accepter » d’ici au 8 février 2021, WhatsApp deviendra inutilisable.

Que signifient les nouvelles conditions ? À quelle sauce les Suisses seront-ils mangés ? Voici ce qu’il faut savoir avant de donner son feu vert à WhatsApp.

 

Partage massif de données

Pour rappel, WhatsApp a été racheté par Facebook, le 19 février 2014. Le réseau, dirigé par Marc Zuckerberg, débourse près de 22 milliards de dollars pour acheter la messagerie en forte croissance, affichant alors environ 450 millions d’utilisateurs. Actuellement, l’application compte environ 2,2 milliards d’utilisateur.

Dès lors, Facebook a longtemps hésité sur les moyens de monétiser sa plateforme grâce à cette clientèle gigantesque. Pour éviter de faire fuir ces utilisateurs, l’application n’affiche d’aucune publicité, mais Facebook veut permettre aux entreprises de contacter leurs clients via WhatsApp, voire d'y vendre directement leurs produits, comme c'est déjà le cas en Inde.

La mise à jour des conditions d’utilisation s’inscrit dans ce cadre. Et WhatsApp fait une différence majeure entre les utilisateurs protégés par le Règlement général sur la protection des données (RGPD) et les autres. En effet, ceux qui ne vivent pas dans un pays où le RGPD est en vigueur, WhatsApp partagera beaucoup de données avec Facebook : numéro de téléphone, adresse IP, pseudo, niveau de la batterie, force du signal, version de l’app, informations sur le navigateur et même le réseau mobile utilisé. Seul le contenu des messages ne sera pas partagé, car celui-ci est chiffré.

 

Protection pour la Suisse

Les habitants suisses sont soumis à un régime spécial : ils sont protégés par le RGPD, comme ceux résidant dans l’Union Européenne. Cela signifie que WhatsApp ne partagera aucune donnée de ses utilisateurs avec Facebook.

Si vous souhaitez vous orienter vers des services alternatifs, vous pouvez opter pour Signal ou Telegram. L’application suisse Threema, hautement sécurisée, est aussi une messagerie intéressante.

 

Image de titre tirée du site : Pixabay

Les commentaires sont clos